Mis à jour le 10 mars 2017

Paroles d'élus

Cette page est placée sous l'entière responsabilité de ses auteurs.

La réforme du stationnement : adaptation et équité

La décision de généraliser le stationnement payant à Saint-Maurice, courant juin, -remise à septembre sur le tronçon de la rue du Mal Leclerc à l’Hôpital Esquirol suite à d’importants travaux d’assainissement en juillet et août - parachève l’application de la loi de « dépénalisation » du stationnement au 1er janvier 2018 qui confie aux communes la gestion du stationnement, sur la base d’une redevance d’occupation du domaine public.
Faute de trouver une réglementation adaptée à leurs besoins, la solution prescrite aux communes est le passage en zone bleue de toutes les zones non réglementées, c’est-à-dire un stationnement limité à 90 minutes dont le dépassement serait sanctionné par une amende de 35 €, à chaque constat !
Or, fort des échanges intervenus au cours des quatre dernières réunions publiques de janvier et des doléances répétées des riverains des quartiers non réglementés (Panoramis, Villa Antony, Mal Leclerc, Vacassy/Cimetière) face à l’impossibilité de trouver une place de stationnement aux abords du domicile, la Ville a retenu la solution éprouvée depuis de longues années sur le Plateau, sur le Pont et à Montgolfier : la généralisation de la zone orange, assortie du bénéfice d’abonnements résidentiels modiques pour les Mauritiens et ceux qui exercent une activité à Saint-Maurice.
Même pertinent et expliqué, ce choix ne recueillera probablement pas l’unanimité.
Il pourrait même être perçu comme un moyen détourné d’augmenter les impôts locaux. Ce serait oublier les plus de 100 000 € d’équipement en horodateurs supplémentaires investis par la Ville et l’alourdissement proportionnel des dépenses d’entretien et de surveillance.
En termes d’équité fiscale, au delà de l’équité territoriale, relevons que ceux qui ne se reposent pas uniquement sur la voirie pour stationner leurs véhicules paient taxes foncières et taxes d’habitation sur les emplacements ou les box dont ils sont propriétaires.

Alain Guetrot

Alain Guetrot

1er maire-adjoint

Chargé du cadre de vie (propreté, environnement, voirie ) et de la ville numérique


Quartier d’été, tout l’été ?

Pour la deuxième année, Saint-Maurice vivra « quartier d’été » inaugurant la période des congés. Pour la deuxième année je poserai la question sur sa conception: doit-on considérer «quartier d’été», comme une fête de l’été, sur un peu plus d’une semaine, ou comme une animation sociale culturelle, sportive, et festive qui dure tout l’été, pour un coût identique ? En effet 1 français sur 3 ne part pas en vacances. Beaucoup de familles écourtent leur séjour. La commune pourrait mobiliser ses services: sports ; culture; jeunesse ; seniors ; passer des conventions avec les associations pour animer l’ensemble des quartiers, rompre l’isolement des personnes âgées favoriser des activités intergénérationnelles; ouvrir le pavillon des bords de Marne.

Claude NICOLAS

Claude NICOLAS

Conseiller municipal

Liste Rassemblement à gauche solidaire écologique et citoyenne