Toutes les actualités

Prévention santé

Maison de santé une première étape décisive

D’ici 18 mois, la Maison de santé du quartier du Pont devrait ouvrir ses portes. Le 10 décembre, le conseil municipal a lancé l’opération qui aboutira à renforcer l’offre médicale sur la ville.

Comme dans de nombreuses communes d’Île-de-France, Saint-Maurice a vu, au cours des dernières années, le nombre de ses médecins généralistes se réduire. Cette situation a conduit la Ville à rechercher des solutions, d’abord pour maintenir les praticiens présents, ensuite pour attirer de jeunes docteurs. Deux secteurs ont été identifiés comme prioritaires, compte tenu du non remplacement des généralistes y ayant cessé leur activité : le quartier du Pont et Montgolfier.

Si les recherches d’opportunité se poursuivent côté Montgolfier, la Ville a saisi l’occasion d’une nouvelle construction côté Pont pour concrétiser sa volonté d’apporter une réponse à la désertification médicale qui guette les communes franciliennes. Elle a négocié avec un bailleur – SEQENS – la mise à disposition d’un local, au rez-de-chaussée du futur bâtiment qui sera construit au 24 bis rue du Maréchal Leclerc. Les travaux devant commencer très prochainement, il était nécessaire d’officialiser le partenariat entre la ville et ce bailleur.

D’un côté, SEQENS s’engage à réaliser un cabinet médical de 103 m2 susceptible d’accueillir 3 praticiens, dans le respect d’un cahier des charges spécifique. Il se charge également d’obtenir de l’Agence Régionale de Santé et du Conseil Régional les subventions correspondantes en contrepartie desquelles il proposera à ces médecins un loyer minoré (environ 1 900 €).

De l’autre, la Ville recherchera, avec l’appui de l’Union régionale des professionnels de santé (URPS), les médecins, généralistes ou spécialistes, ou autres intervenants médicaux susceptibles d’occuper cette structure. Elle s’est engagée, dans l’hypothèse où le cabinet ne serait pas totalement pourvu dès son ouverture, à prendre à sa charge la part du loyer correspondant au(x) praticien(s) manquant(s) pendant au maximum 2 ans.

Comme le Maire, Igor SEMO, l’a indiqué, c’est un risque calculé : alors même que le cabinet n’ouvrira vraisemblablement ses portes qu’au 2e semestre 2022, 2 médecins – sur les 3 recherchés – ont déjà fait part à la ville de leur intention de s’inscrire dans ce projet.